Maroc : le réalisme politique, un coup de maître ! Prudent, il insiste que ces données sont le fruit d’une conjointure à l’instant T qui est appelée à changer face à l’incertitude que fait planer la Covid-19. Entre les deux institutions, il existe 1,4% d’écart. En regard, les recettes ordinaires hors privatisation ont diminué de 6,3%, résultat principalement d’un repli de 7,6% des rentrées fiscales. Le Maroc en revanche a opté pour une relative rigueur budgétaire avec un projet de Loi de finance pour 2021 qui prévoit de limiter le déficit du budget de l’État à … Le déficit budgétaire, hors privatisation, devrait atteindre 7,9 % en 2020 pour revenir à 5,1 % en 2021. La situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) fait ressortir un déficit budgétaire de 29,1 milliards de dirhams (MMDH) à fin juin 2020, contre 17,6 MMDH une année auparavant, selon le ministère de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration. La situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) fait ressortir un déficit budgétaire de 29,1 milliards de dirhams (MMDH) à fin juin 2020, contre 17,6 MMDH une année auparavant, selon le ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration. Ces estimations, l’on pourrait les targuer d’(un peu trop) optimistes au vu du contexte actuel plombé par cette pandémie jusqu’ici invincible… Mais visiblement plus pour longtemps. Déjà sous l’effet des premières répercussions de la crise, il est attendu une baisse de 20 à 25 milliards de DH des recettes de l’Etat en 2020. Il est possible de l’expliquer par les dépenses supplémentaires évoquées par M. Benchaâboun devant le Parlement (33,2 Mds de DH), notamment les 5 Mds de DH additionnels dans le budget 2021 pour les secteurs de l’Education et la Santé, les + 8,5 Mds de DH pour le dialogue social et la régularisation de la situation des salariés, 1,5 Md de DH pour les législatives, + 2 Mds de DH pour la compensation + 1,6 Md de DH pour la régionalisation avancée, et 14,6 milliards de DH entre la mise en œuvre des orientations royales. Et autant le dire immédiatement, lorsqu’il s’agit des prévisions sur le déficit budgétaire, ce qui semble être une légère différence se chiffre en réalité en milliards de Dirhams. 29,92% des prévisions budgétaires de 2021 sont alloués au secteur de l’enseignement soit 588,851 milliards FCFA. Par ailleurs, la Banque centrale fait savoir que l’exécution budgétaire au titre des onze premiers mois s’est soldée par un déficit hors privatisation de 59,2 milliards de dirhams (MMDH), en creusement de 14,2 MMDH par rapport à la même période de 2019 et ce, compte tenu du solde positif de 8,3 MMDH du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie de la Covid-19. Le déficit budgétaire s'est établi, à fin octobre 2020, à 50,5 milliards de dirhams (MMDH), contre 36,5 MMDH à la même date de l'année dernière, selon la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT), publiée mercredi par le ministère de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration. Enregistrez mon nom, mon courrier électronique et mon site Web dans ce navigateur pour un prochain commentaire. Les recettes non fiscales diminuent, conséquence de la perturbation de l’activité économique due au verrouillage dans des secteurs clés. S’agissant du déficit budgétaire, il a indiqué que le Maroc devrait achever l’année 2020 sur un déficit de 7,5%, soit 4 points au dessus de ce qui a été prévu initialement, notant que le déficit prévu en 2021 est de 6,5% malgré un recul des recettes de 30 MMDH et une hausse des dépenses de 30 MMDH. Le 22 septembre donc, BAM tablait sur une croissance de 4,7 % en 2021 avec une campagne de 75 millions de quintaux (une valeur agricole de 12,6%) et une amélioration de la valeur ajoutée non agricole de 3,7%. Le déficit budgétaire s’élève à 540,80 milliards de FCFA en 2021 contre 474,965 milliards de FCFA en 2020. Le 22 septembre donc, BAM tablait sur une croissance de 4,7 % en 2021 avec une campagne de 75 millions de quintaux (une valeur agricole de 12,6%) et une amélioration de la valeur ajoutée non agricole de 3,7%. Sauf qu’il n’y a aucune commune mesure entre les deux crises, l’actuelle étant inédite et ayant des impacts systémiques avérés aussi bien au Maroc que dans le monde. Ce concept d’incertitude évacue la capacité de tout calcul probabiliste destiné à prédire l’avenir sur la base de la régularité des tendances observées dans le passé. Si le déficit commercial semble se situer autour de 7 milliards de dollars d’ici la fin de l’année, le déficit budgétaire, quant à lui, s’avère plus lourd que prévu. … L’autre inconnue, est qu’on ne sait pas véritablement à quel horizon la crise sanitaire sera contenue. Bien que sincèrement, un déficit de 6,5 % du PIB n’est pas une bonne nouvelle ! Rendez-vous donc en 2022, pour savoir laquelle des deux parties avait vu juste, du moins était proche de la réalité. BAM, par ailleurs réputée par la précision de ses projections, aurait-elle … Le projet de loi de finances (PLF) au titre de l’exercice 2021 devrait concilier une triple nécessité s’articulant autour du social, l’investissement public et du déficit budgétaire, a souligné, jeudi à Casablanca, le ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.Il s’agit, en effet, d’allouer davantage de ressources au profit Les dépenses globales ont augmenté de 1,9%, reflétant essentiellement l’alourdissement de celles au titre des autres biens et services et de la masse salariale. Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Pour 2021, l’objectif du gouvernement est de contenir le déficit budgétaire à un niveau inférieur à celui de 2020, année durant laquelle il devrait s’établir à 7,5% du PIB. Le déficit budgétaire, hors privatisation, devrait atteindre 7,9 % en 2020 pour revenir à 5,1 % en 2021. Bank Al Maghrib: Déficit budgétaire de 6,5% du PIB en 2021 Bank Al Maghrib, Banque qu Maroc, BAM. En revanche, la charge des intérêts de la dette se rétracterait de 2,3% pour revenir à 27,7 milliards de dirhams, représentant ainsi 2,4% du PIB. Nairobi - Au Kenya, le déficit budgétaire 2020/2021 pourrait dépasser les prévisions de 7,5% annoncées en juin par le gouvernement. Le 14 octobre, il présentait devant le Roi les grandes lignes du PLF 2020 et avance un taux de croissance de l’économie nationale de 4,8% et un déficit budgétaire de 2021 de 6,5% du PIB (La Loi de Finances rectificatives tablait sur 7,6% en 2020). La dette directe du Trésor devrait, en revanche, connaitre une hausse de 11 points de PIB à 76% au terme de cette année et atteindre 79,3% du PIB à fin 2022, relève la même source. Déficit budgétaire. Quant aux dépenses d’investissement, le gouvernement attend un repli de 3,8% en 2021 et table sur un déficit budgétaire s’élevant à 6,5% du PIB hors privatisation, contre 7,5% en 2020. Le déficit hors privatisation, qui se situerait à 7,7% du produit intérieur brut (PIB) sur l’ensemble de cette année, reculerait à 6,5% du PIB en 2021 et à 6,4% en 2022, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Le HCP prévoit un allègement du déficit budgétaire en 2021 | Maroc.ma Et ce dans un contexte où il est attendu une réduction drastique des recettes de l’Etat devant recourir à l’endettement et à des mécanismes de financement innovants. Déficit budgétaire en 2021 : Benchaâboun plus réaliste que Jouahri ? Maroc: le journaliste Omar ... PLF 2021: le déficit budgétaire financé à travers les mécanismes de la politique monétaire . Votre inscription à la newsletter de Infomediaire a bien été prise en compte. Il devrait atteindre 7,8% du PIB en 2020, contre 4,1% en 2019. Récemment, le Fonds monétaire international (FMI) a convenu avec les autorités marocaines que le processus de rééquilibrage budgétaire doit être progressif et ne devrait être entrepris que lorsque la reprise économique sera solide. Ainsi, la masse salariale se situerait autour de 139,9 milliards de dirhams (+2,9%). Le projet de loi de finances 2021 vient dans un contexte particulier de crise inédite de par l’enchaînement des événements qui l’ont causé et le degré élevé d’incertitude auquel ils débouchent. Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) prévoit, dans son Budget économique exploratoire, un allègement du déficit budgétaire durant l'année prochaine à 5% du produit intérieur brut (PIB). Le déficit budgétaire est, lui, attendu à la baisse de 6,5% du PIB en 2021. Le déficit hors privatisation, qui se situerait à 7,7% du produit intérieur brut (PIB) sur l’ensemble de cette année, reculerait à 6,5% du PIB en 2021 et à 6,4% en 2022, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Le pays va tailler dans ses dépenses, qui doivent baisser d’environ 7% sur un an pour atteindre 990 milliards de rials (217 milliards d’euros) en 2021, selon le communiqué. À titre de comparaison, la Tunisie en pleine crise économique et sanitaire prévoit un déficit également historiquement élevé de 13 % du PIB en 2021. Pour couvrir le besoin de financement, le Maroc devrait effectuer une nouvelle sortie sur le marché international. Au final, le déficit budgétaire va continuer à se creuser en 2021 pour atteindre 8,5% du PIB. Maroc: le déficit budgétaire au premier semestre 2020. Tenant compte de la baisse attendue des recettes non fiscales, à 2,8% du PIB contre 3,2% en 2020, les recettes ordinaires devraient progresser à 21,5% du PIB en 2021. Pour 2021, le PLF 2021 prévoit un déficit budgétaire de 6,5% du PIB. Par LE SITEINFO - 22 juillet 2020 à 16 h 47. De ce budget, le secteur de la santé bénéficie de 13,52% des prévisions budgétaires en 2021, soit 266,080 milliards FCFA. Dans le PLF 2021, vous avez un déficit de 3600 milliards de dinars (solde global du Trésor). Tenant compte de la baisse attendue des recettes non fiscales, à 2,8% du PIB contre 3,2% en 2020, les recettes ordinaires devraient progresser à 21,5% du PIB en 2021. Connectez-vous à votre compte : Un mot de passe vous sera envoyé par email. Les dépenses en biens et services atteindraient au titre de l’exercice budgétaire 2021 les 205,7 milliards de dirhams grimpant ainsi de 4,3% comparé à la loi de Finances rectificative 2020. Le cas échéant du déficit budgétaire prévu en 2021. La Loi de Finances 2021 publiée au BO ce 18 décembre, ADII : 25 circulaires émises au 3e trimestre 2020, BAM : Circulaire relative aux instruments de la politique monétaire, La DGI publie le guide de télédéclaration du revenu global, Lancement du premier Hackathon digital dédie à l’innovation dans le secteur portuaire, Rencontres scientifiques de la CMR: la protection des données à caractère personnel au menu, ADA : 4e édition du Concours Marocain des Produits du Terroir, « Future in Africa », le Maroc à l’honneur, Pr Youssef El Fakir publie un plaidoyer pour une réforme du système de santé au Maroc, ACAPS : « Régime de couverture contre les conséquences d’évènements catastrophiques (EV CAT) » – volet assurantiel, « Rêve de trains : Découvrir un autre monde », Revue Al Maliya n°66 : Maroc-Afrique : une coopération renouvelée. Vu le contexte actuel, incertain et volatil, Mohamed Benchaâboun semblerait le plus réaliste face à une augmentation des dépenses et la poursuite de l’amenuisement des recettes en 2021 mais surtout une relance plus lente qu’on ne l’aurait souhaité et une crise sanitaire loin d’avoir dit son dernier mot. Il est de rigueur que chaque institution dévoile ses prévisions, souvent légèrement différentes des autres, invoquant des méthodes de calculs et surtout une grille d’analyse différente. Le déficit hors privatisation, qui se situerait à 7,7 % du produit intérieur brut (PIB) sur l’ensemble de cette année, reculerait à 6,5 % du PIB en 2021 et à 6,4 % en 2022, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Rappelez-vous, à l’issue du troisième conseil de Bank Al-Maghrib, le Wali de la Banque centrale avait livré une série de données macroéconomiques dont des prévisions de 2021. ILS médias société éditrice de EcoActu et Le Manager©. “A moyen terme, tenant compte notamment des données de la loi de finances de 2021 et sous l’hypothèse de la poursuite de la mobilisation des financements spécifiques, la consolidation budgétaire devrait reprendre graduellement et le déficit hors privatisation reculerait à 6,5% du PIB en 2021 et à 6,4% en 2022”, indique BAM dans un communiqué sanctionnant les travaux de la quatrième et dernière réunion trimestrielle de son Conseil au titre de l’année 2020. Ainsi, selon des sources sûres, ce déficit, aggravé par la baisse vertigineuse du prix du pétrole et, par ricochet, de la fiscalité pétrolière, va dépasser toutes les prévisions. Last updated: 28 décembre 2020 - 9 h 35 min (+01:00), © Infomédiaire © 2020 - Communication & Network Group, Le déficit budgétaire marocain va baisser de 1,2 points en 2021, Le Maroc enregistre un taux de réussite de 100% de ses candidatures aux organisations internationales, Bank of Africa lance une nouvelle version de sa plateforme de banque à distance, Baisse à 2 chiffres des ventes de ciment à fin novembre au Maroc, 200 Britanniques en quarantaine dans une station de ski suisse prennent la fuite, Alerte Tennis : Federer forfait pour l’Open d’Australie pour la 1ère fois de sa carrière. Que pensez vous des mesures prises par le Maroc pour gérer la pandémie du covid-19 ? Le Roi Mohammed VI s’entretient avec le Premier... Microcrédit : Jaida et la FNAM conjuguent leurs... [WebTV] Mundiapolis : le rôle des jeunes dans... Contrôle interne : CDG Prévoyance certifiée ISAE 3402... Cnops : 1,3 milliard de DH de prise en... Enseignement à distance : 51% des élèves au primaire... [WebTV] Lydec investit 58MDH pour la réalisation d’un projet d’assainissement à Tamaris, [WEBTV] CDG Prévoyance annonce le lancement officiel de son bouquet digital e-htiyati, [WebTV] Ylva Johansson visite le projet pilote Palim mis en œuvre par Enabel et ANAPEC, [Emission Hiwar] Rentrée de formation 2020-2021 : Loubna Tricha dévoile la riposte de l’OFPPT face au Covid, [Reportage] Lutte contre la pandémie : au cœur du service de réanimation de l’Hôpital Duc de Tovar à Tanger, [Entretien] Reprise à consolider du BTP, préférence nationale, commande publique…, le point avec David Toledano, [Entretien] Pr F. Hakkou : « L’écosystème de la recherche médicale requiert une forte volonté politique qui reste timide », [Entretien] Najib Akesbi démonte pièce par pièce les choix de Jouahri et de Benchaâboun, [Entretien] : Omar Benmoussa « Les premières versions du projet de loi portant statut « Junior-entreprise » sont en cours de finalisation », Orange lance la première recharge pour des appels illimités vers tous les opérateurs, La EFE-Maroc et le MEPI accompagnent l’inclusion socioéconomique des Safiots impactés par la crise sanitaire, Royal Air Maroc poursuit la dématérialisation de ses processus avec Portnet, Industrie pharmaceutique : Novartis renforce sa présence au Maroc, L’Observatoire africain de migration : une réalisation concrète du Maroc, Dispositions phares de la Loi de Finances pour l’année budgétaire 2021, S’adapter aux effets de la pandémie de COVID-19: Axes d’action pour renforcer durablement la résilience du secteur privé marocain.

Appareil Dentaire à 20 Ans, Ce Qui Importe En 7 Lettres, Petite Histoire Des Rues De Paris, Livre La Bourse Pour Les Nuls, Cadeau 1 An De Relation Homme, Renaud Manu Live, Musée D’histoire De La Ville Et Du Pays Malouin, Trotro Livre Amazon, Réparer Un Coeur Brisé Citation,