ConcertClassic.com
— Tue, 06/17/2014
Concert à Notre-Dame de Paris
par Michel Roubinet

Le 22 octobre dernier était créé en la cathédrale de Paris le Livre de Notre-Dame (cf. Actualité du 4 décembre 2013), cycle de quinze motets commandé pour célébrer le jubilé de la cathédrale et enregistré dans la foulée. Pour fêter la parution du CD (initialement prévue pour juin 2014 – label Maîtrise Notre-Dame de Paris), trois de ces œuvres étaient proposées en préambule au concert du 17 juin, non plus avec accompagnement d'orgue, comme dans la version originale, mais rehaussés de l'appareil instrumental de l'œuvre principale du programme, la plus importante de son auteur dans le domaine de la musique sacrée : Le Miroir de Jésus d'André Caplet (1878-1925), soit quatuor à cordes et harpe, ici soutenus par la contrebasse – en l'occurrence l'excellent Quatuor Parisii, Iris Torossian et Dominique Desjardins. Ce 17 juin (comme il y a déjà trois ans pour un programme également français – cf. Actualité du 22 mars 2011), au Chœur d'enfants de la Maîtrise Notre-Dame de Paris, créateur du cycle, était associée la Maîtrise de Radio France, toutes deux dirigées, à l'instar de la création, par Émilie Fleury.
Les trois pièces révisées pour la circonstance étaient Tantum ergo de Vincent Bouchot, Femme revêtue de soleil de Michèle Reverdy et Un grand vent s'est levé de Benoît Menut, que l'on redécouvrait assurément sous ces nouveaux atours, tant la vêture instrumentale ne pouvait que métamorphoser ces courts mais intenses motets pour voix d'enfants, ici

sous-tendus d'une richesse dynamique et de textures scintillantes jaillies d'un autre univers, moins « musique sacrée » au sens convenu, mais non moins spirituel.
 
Sous-titré « Mystères du Rosaire » et composé en 1923, Le Miroir de Jésus fut entendu à Lyon en février 1924 avec orchestre à cordes et deux harpes, puis dirigé par Caplet le 1er mai suivant à Paris dans sa version pour quatuor et harpe, au Vieux-Colombier et avec Claire Croiza pour la voix principale. Cette œuvre modulable et rare au concert – bien qu'entendue à l'Amphithéâtre Bastille en mai 2012 sous la direction de Patrick-Marie Aubert – s'articule en trois parties : Miroir de joie, Miroir de peine et Miroir de gloire, le compositeur ayant prévu « d'utiliser un groupe de voix de femmes (9 voix seulement divisées en 3) pour agrémenter comme fond sonore les Mystères joyeux et les Mystères glorieux », soit les Parties I & III – ici donc le vaste chœur d'enfants, lequel assumait aussi le rôle initialement confié aux « trois voix d'accompagnement » (soprano, mezzo et contralto) chargées de proclamer a cappella, délicieuse idée de Caplet, « Le Miroir de Jésus : Quinze petits poèmes sur les saints mystères du Rosaire qu'Henri Ghéon composa et qu'André Caplet de musique illustra ».
 
Chaque partie s'ouvre sur un Prélude confié aux seuls instruments, d'une dimension poétique particulièrement intense et magnétique sous les voûtes de Notre-Dame, comme hors du

temps, chacun étant suivi de cinq sections retraçant la vie de Jésus en regard des souffrances de sa Mère, de l'Annonciation jusqu'au Couronnement au ciel. L'essentiel du texte – notamment la deuxième partie, qui contraste douloureusement et de saisissante manière avec la joie pure et vive du Miroir de joie, accentuée par la fraîcheur et « l'innocence » des voix d'enfants, et avec la robuste espérance se rattachant au Miroir de gloire – revient à une voix soliste. L'indication quasi recitativo apparaît à plusieurs reprises et dit parfaitement le style grave et éloquent qui sous-tend cette partie véritablement splendide.

À Notre-Dame, ce fut Delphine Haidan, à maints égards magnifique : de présence et de diction (voix et détail du texte auront-ils porté jusqu'à l'autre extrémité de la nef ? – mystère des lieux magiques mais complexes), de musicalité et d'expression (noblesse bienveillante d'une Geneviève de Pelléas et Mélisande), restituant avec subtilité et sobriété la vaste palette des sentiments humains, de la joie à l'extase via l'insondable souffrance. Sous la direction souple, compréhensive mais exigeante de Sofi Jeannin (photo), ce Miroir de Jésus – œuvre difficile à écouter pour certains, pour d'autres d'un naturel si singulier que l'on s'y sent transporté par le climat poétique – fut reçu dans l'émerveillement par un public prodigieusement attentif, reconnaissant pour la (re)découverte de ce chef-d'œuvre d'André Caplet.